Thyroid Cancer Canada
Inform. Support. Empower. Informer. Soutenir. Renforcer.

Nouvelles et mises à jour

Nous ajoutons continuellement des nouvelles et des articles à cette section. Nous archivons également l'information passée qui demeure pertinente. Veuillez revenir pour obtenir des mises à jour.

 

L'histoire d'un survivant: la bataille d'une femme avec le cancer de la thyroïde

tcc_accent

À 29 ans, Melissa Salvatore se sentait comblée. Elle occupait un emploi qu'elle aimait et était mariée à un conjoint attentif à ses besoins. Elle envisageait l’avenir avec optimisme et avait même prévu parler à son médecin pour fonder une famille.

 

Melissa et son mari.

Melissa et son mari.

En mars 2013, pendant l’examen médical annuel de Melissa, son médecin examina attentivement son cou et lui demanda depuis combien de temps il était si enflé.

La situation évolua par la suite très rapidement. Quelques semaines plus tard, on effectua une échographie et une tomodensitométrie.  Ces scintigraphies montrèrent un nodule de presque huit centimètres.  Une biopsie révéla que la masse était un cancer de la thyroïde papillaire. Même si le type papillaire est généralement considéré la forme la plus traitable de cancer de la thyroïde, l’état de Melissa était plus sérieux parce que la maladie avait envahi ses ganglions.

« À l’époque, j’ignorais tout du cancer de la thyroïde. Je connaissais l’existence de la thyroïde, mais pas son rôle. On nous dit d’examiner les grains de beauté sur notre peau et les bosses dans nos seins, mais personne ne parle de notre cou. »

Essentiel de s’informer

Pour combattre le choc et la confusion, Melissa s’informa sur sa condition. « Il n’y avait pas beaucoup d’information disponible, mais j’ai découvert Cancer de la thyroïde Canada » se souvient-elle. « Leur site Web est excellent. Je dis toujours que s’informer est l’une des choses les plus importantes. Ça m’a aidé à me sentir mieux en contrôle d’un parcours très difficile à maîtriser. »

La chirurgie de Melissa était prévue en mai. « Mon opération fut très invasive. Ils ont retiré 40 ganglions et toute la glande thyroïde. L’ablation des ganglions a compliqué la chirurgie qui m’a longtemps causé une douleur persistante. »

Déjà à cette étape, son cancer lui a procuré une perspective différente de la vie.  « J’avais célébré mon 30e anniversaire de naissance quelques semaines plus tard. J’entendais les autres se plaindre de vieillir, ce qui m’a rendue impatiente envers eux. Nous devrions être reconnaissants de chaque année que nous pouvons célébrer. »

« Contrairement à la plupart des cancers, les patients atteints du cancer de la thyroïde doivent prendre de l’iode radioactif pour traiter leur maladie. Ils sont maintenus en isolement pendant trois jours, afin de s’assurer que la radioactivité de leur organisme ne présente pas un danger pour les autres. »

Iode radioactif et isolement

Contrairement à la plupart des cancers, les patients atteints de cancer de la thyroïde doivent prendre de l’iode radioactif pour traiter leur maladie. Ils sont maintenus en isolement pendant trois jours, afin de s’assurer que la radioactivité de leur organisme ne présente pas un danger pour les autres.  Après la chirurgie, le traitement à l’iode radioactif de Melissa la laissa encore plus effrayée et isolée. « Notre maison était petite et mon mari ne pouvait même pas rester avec moi pendant le traitement. Il devait habiter chez mes parents pendant trois jours, afin d’éviter les effets nocifs de ma radioactivité. »

Malheureusement, Melissa et sa famille n’étaient pas au bout de leur peine. « Je croyais avoir atteint le fond du baril, mais je me trompais » dit-elle. « Après le traitement à l’iode radioactif, j’ai subi une scintigraphie du corps entier pour vérifier mon état - ça scintillait comme un sapin de Noël. La scintigraphie démontra que mon cancer avait développé des métastases dans les poumons. Il était déjà pénible d’avoir le cancer à 29 ans, mais d’apprendre à 30 ans que mon cancer s’était répandu fut un choc épouvantable. »

Un résultat positif

Quelques mois plus tard, Melissa subit une autre ronde d’iode radioactif et les résultats furent cette fois beaucoup plus positifs : ils indiquèrent que le cancer dans ses poumons semblait avoir disparu. « J’avais complètement surpassé les attentes de mon médecin » dit Melissa avec enthousiasme. Même si elle devra prendre un traitement hormonal substitutif pour le reste de sa vie sous supervision médicale, Melissa n’a requis aucun traitement additionnel depuis deux ans et se sent très bien.

« Le fait d’avoir le cancer de la thyroïde a vraiment changé ma vie. Je me sens plus en contrôle, et j’ai une perspective différente de la vie. Avoir le cancer aussi jeune fut très difficile, mais m’a procuré une certaine sagesse et maturité que je n’aurais pas eue autrement. Maintenant, je vois la vie très différemment et j’essaie d’en profiter au maximum. »
— Melissa Salvatore

By Sandra MacGregor, ca.editorial@mediaplanet.com