Thyroid Cancer Canada
Inform. Support. Empower. Informer. Soutenir. Renforcer.

Témoignages de persévérance

Voici des témoignages individuels de survivants du cancer de la thyroïde. Chacun est unique et saura vous inspirer. Partagez votre témoignage de survivants du cancer de la thyroïde – cliquez ici pour soumettre.

Melissa

Melissa à 33 ans et habite à St. John’s, à Terre-Neuve. Elle a reçu en 2015 un diagnostic de cancer de la thyroïde papillaire (Stade 2).

Qu’est-ce qui vous a causé le plus de confusion et de frustration?
L’un des aspects les plus frustrants fut la banalisation de ce type de cancer par les gens autour de moi. Beaucoup m’ont dit que j’étais « chanceuse » d’avoir ce type de cancer. Bien sûr que le taux de guérison est élevé, mais ça reste tout de même un cancer! Beaucoup de gens ignorent que les patients ayant un cancer de la thyroïde doivent prendre des médicaments pour le reste de leur vie, et que déterminer le bon dosage peut exiger des mois, sinon des années. Oui, j’ai été chanceuse que mon cancer ait été dépisté de façon précoce et que je puisse le vaincre. Cependant je ne me trouve pas « chanceuse », ni personne d’autre d’ailleurs, d’avoir eu le cancer.

Qu’est-ce qui vous inquiétait le plus?
J’étais inquiète à propos de beaucoup de choses que j’ai dû affronter individuellement. Ma famille, mon état mental/émotif ainsi que mon moral étaient probablement ce qui m’inquiétait le plus. Il m’a fallu du temps et des efforts pour surmonter ces préoccupations, qui ne m’inquiètent plus trop maintenant. Je crois qu’on ne cesse jamais d’avoir des inquiétudes, mais j’ai appris à les gérer pour ne pas en faire des préoccupations constantes.

Qui vous a soutenu le plus?
Le fait de parler aux autres était très thérapeutique. J’ai parlé à la famille, aux amis et à des survivants. J’ai trouvé bénéfique de pouvoir échanger avec d’autres personnes ayant eu cette maladie. J’ai trouvé rassurant de savoir que tout ce qui m’arrivait, tant sur le plan émotif que physique, était normal. Les survivants m’ont fourni un aperçu de ce qui m’attendait, de sorte que les procédures ou les rencontres à venir avec les médecins m’ont paru moins angoissantes.

Qu’est-ce que vos amis, vos collègues de travail ou vos proches disent (ou font) pour vous donner leur appui?
Après mon diagnostic, je crois que le plus important fut de constater que mes rapports avec la famille, les amis, les collègues de travail, etc. étaient restés inchangés. J’étais inquiète qu’ils me traitent avec une certaine pitié et de façon différente. Les choses sont restées normales, mes rapports avec les autres n’ont pas changé, et je n’ai pas laissé le cancer définir qui j’étais.

Quelle est votre citation préférée et inspirante?
« C'est au cours de nos moments les plus sombres que nous devons nous concentrer pour voir la lumière. »