Thyroid Cancer Canada
Inform. Support. Empower. Informer. Soutenir. Renforcer.

Témoignages de persévérance

Voici des témoignages individuels de survivants du cancer de la thyroïde. Chacun est unique et saura vous inspirer. Partagez votre témoignage de survivants du cancer de la thyroïde – cliquez ici pour soumettre.

Perry Monaco

À l’âge de 32 ans, Perry a reçu un diagnostic de cancer de la thyroïde papillaire et a subi une thyroïdectomie partielle avec curage partiel du cou en raison de métastases dans les ganglions. Sa chirurgie fut suivie d’un traitement par iode radioactif (IRA).

Nous présentons le témoignage de Perry parce qu’il est important, et parce qu’on parle peu souvent des hommes ayant reçu un diagnostic de cancer de la thyroïde. C’est une forme de cancer plus fréquente chez les femmes et dans une certaine mesure, considérée à tort comme un « cancer de la femme ». La thyroïde est la glande principale du système endocrinien, tant chez l’homme que chez la femme. Elle produit une hormone thyroïdienne appelée la thyroxine.  Son rôle consiste à réguler la température et le métabolisme de l’organisme, à intervenir dans le processus de croissance, ainsi que la régulation des protéines, des graisses et des hydrates de carbone. En d’autres mots, puisque tant les hommes que les femmes ont une thyroïde, l’occurrence de cancer de la thyroïde peut survenir chez les deux sexes. Cependant, les défis rencontrés par les patients masculins ne sont pas aussi bien documentés, compris ou même soutenus.

Perry fait valoir qu’il n’existe pas vraiment de système de soutien en place (tant pour les hommes que les femmes), autre que celui mis sur pied par CTC.  Il affirme que « le cancer de la thyroïde est généralement considéré un cancer féminin et en ce sens, lorsque des recherches sont effectuées ou que des systèmes de soutien sont mis en place, ils visent généralement des femmes ».  Perry a constaté que lorsqu’il tentait d’obtenir du soutien, on savait peu comment aider un homme atteint de cette maladie. Il insiste sur le fait que ses amis l’ont vraiment appuyé, et qu’il a été chanceux de pouvoir compter sur eux. Il admet toutefois que la découverte d’un cancer peut avoir des conséquences sur les rapports sociaux du patient avec son entourage.

Perry a pris l’initiative de s’informer davantage sur CTC et s’est impliqué depuis. Il représente CTC sur ses comités externes et à ce titre, il a l’occasion de rencontrer et d’échanger avec d’autres chefs de file et intervenants impliqués dans le traitement du cancer au pays. Il veut sensibiliser les gens au cancer de la thyroïde, souvent perçu comme une maladie peu inquiétante. « Dans le cadre de mes fonctions, j’essaie de changer la perception du public à l’effet que le cancer de la thyroïde est un « bon » cancer. C’est une perception insultante, mais que nous pouvons essayer de modifier. »

Il y a très peu d’attraits à recevoir un diagnostic de cancer, y compris le cancer de la thyroïde. Il faut énormément de courage pour cheminer avec cette maladie; et à ce stade, nous devons souligner les défis particuliers que les hommes doivent relever lors d’un diagnostic de cancer de la thyroïde. Du point de vue masculin, Perry suggère fortement que de pouvoir compter sur quelqu’un à qui pouvoir confier vos émotions pendant cette épreuve ayant des répercussions bouleversantes peut s’avérer très utile.  Il devient important que les patients puissent compter et obtenir du soutien non seulement en cours de traitement, mais aussi par la suite. Certaines des batailles les plus importantes surviennent en effet après la chirurgie. On croit souvent à tort (même les professionnels médicaux) que la partie la plus difficile est le traitement; mais si vous posez la question à une personne atteinte de cancer de la thyroïde, c’est probablement loin d’être vrai. Perry réalise qu’il est essentiel de pouvoir parler de ces changements.

Dans cette rubrique du bulletin sur les témoignages à Cancer de la thyroïde Canada, nous avons lu comment les patientes s'adaptent au traitement synthétique et les défis qu'elles doivent relever. Trouver la dose appropriée de médicament peut exiger des mois, voire des années. C’est aussi une période pendant laquelle les patients éprouvent souvent une grande détresse physique et émotive. De plus, l’état du patient peut fluctuer pendant certaines périodes entre l’hypothyroïdisme et l’hyperthyroïdisme, ce qui perturbe l’organisme. Mais qu’en est-il pour les hommes? Dans le cas de Perry, il s’estime chanceux d’avoir bien réagi à son médicament lorsque son endocrinologue a trouvé la dose appropriée. Même s’il n’a pas subi plusieurs des effets secondaires qui surviennent généralement chez les patients prenant des médicaments synthétiques, il reconnaît les difficultés à maintenir son poids corporel.  Perry connaît l’importance de prendre son médicament, qui autrement l’empêche de bien fonctionner. Ce n’est pas étonnant, puisque le rôle de la glande thyroïde est essentiel. En l’absence de la thyroïde, il est critique d’y substituer la bonne quantité de médicaments afin de fonctionner adéquatement.

Puisque nous savons que le cancer de la thyroïde est moins répandu du côté masculin, il est important que les médecins et autres cliniciens deviennent plus sensibilisés et mieux informés sur l’impact du cancer de la thyroïde chez l’homme. Perry souhaite que les médecins fassent preuve d’une plus grande sensibilité lors du diagnostic aux patients, et prennent conscience de l’impact important sur leur vie quotidienne. Perry fait maintenant partie de la petite proportion de patients qui sont des hommes atteints du cancer de la thyroïde; il constate un écart énorme dans la quantité d’information disponible spécifiquement pour eux. Il trouve très pénible d’entendre un médecin dire « Je ne sais pas » et précise « j’ai entendu cette phrase tellement de fois parmi mon équipe médicale, seulement parce que je suis un homme. »

Le témoignage de Perry est un début et devrait servir de soutien pour les hommes ayant reçu un diagnostic de cancer de la thyroïde. Nous espérons combler ce vide inquiétant et aider les patients masculins à savoir qu’ils ne sont pas seuls durant cette période cruciale de leur vie. Peut-être qu’un plus grand nombre d’entre eux à la recherche d’information et désireux de partager leur expérience contribuera à augmenter la sensibilisation et la compréhension de l’impact de cette maladie chez les hommes; et combler aussi l’écart qui peut entraîner tellement de solitude.